16KM - Jimmy Burri et Vincent Coupat passent la ligne ensemble !

Publiée le lundi 13 mai 2019 à 13:25

Jimmy BURRI et Vincent COUPAT passent la ligne ensemble

Dans un cadre magnifique sur les bords du lac d’Ilay, du Narlay et du Grand Maclu, le favori du 16,5 km, Jimmy Burri a franchi en premier la ligne d’arrivée au Frasnois en 1h10’13’’ mais il n’était pas tout seul. L’histoire retiendra que cette course a sacré deux hommes puiqu’ils ont fini ex aequo et main dans la main. Une image forte, symbole de la générosité et de la convivialité qui règne au Trail du Morbier et dans la discipline de manière générale. Une course où les deux vainqueurs ne se sont pas trop lâchés même si Jimmy Burri a imprimé son rythme tout au long de la course. « J’ai profité des descentes pour revenir mais je dois avouer que dans les côtes, il me distançait. Je suis très heureux car je ne pensais pas faire aussi bien mais en s’accrochant, ça a payé », s ’enthous iasme Vincent Coupat de Montbéliard. Un athlète de 33 ans, qui aime multiplier les disciplines puisqu’il a à son actif depuis 2015 une médaille de bronze aux championnats du monde de courses d’orientation en Écosse.
Son compagnon de route, Jimmy Burri est un habitué des podiums des trails de la région. « J’avais de bonnes sensations et la course me correspondait bien. J’ai d’ailleurs réussi à bien relancer sur les deux bosses du parcours. Vincent était toujours proche de mois, c’est sympa de finir en même temps », analyse Jimmy Burri du club RCHJM/Fox Trail. Sur le dernier tiers de la course, une fois le pic de l’Aigle passé à 993 mètres d’altitude, la vallée des 4 lacs s’offrait aux coureurs qui n’ont pas eu trop le temps d’apprécier le panorama.
De son côté, Guillaume Panisset a lui aussi fait une belle course et complète le podium en terminant la course en 1h12’32’’.

© Le Progrès - édition du 13/05/2020


Charline Solheilac devance ses concurrentes en 1h26'10"

 Charline Soleilhac réalise la meilleure performance féminine sur le 16,5km et se classe 26e au général en 1h26’10’’. « La course était intense, je suis assez satisfaite d’avoir pu conserver le rythme dans les montées et d’avoir couru dans ces conditions », confie la coureuse, habituée au challenge des trails jurassiens.

Très présente ces derniers jours, la pluie ne s’est invitée qu’en toute fin de course. Sur un tracé très technique, beaucoup de boue et quelques rafales de vent à signaler mais pas de quoi gâcher la joie des 400 traileurs qui en ont vu d’autres.

© Le Progrès - édition du 13/05/2020